Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans notre article précédent, nous avons relaté l'existence d'un nouveau dépôt sauvage proche de Concarneau. Un de plus, avec toutes les conséquences que nous relatons sans relâche. Nous allons continuer à dénoncer mais nous allons également chercher à agir. Les irresponsables qui agissent sans scrupule méritent d'être traqués. Nous ne les dédouanerons jamais, mais force de reconnaître qu'il existe un cruel manque de moyen qui ne facilite pas les choses. Nous l'avons souligné à de nombreuses reprises. Le sujet touche le monde professionnel et les particuliers.

Nous avons décidé, dans une démarche constructive, d'appeler la réflexion des municipalité. Ci-dessous le courrier adressé par Allo Amiante :

Madame, Monsieur, le Maire,

Notre association compte aujourd’hui 780 adhérents (dont plus de 500 victimes et 105 décès depuis sa création en 1999).

En parallèle de notre mission d’accompagnement et de soutien aux victimes d’une pathologie de l’amiante,et de leur famille, nous menons une activité de prévention; ceci dans l’intérêt de toutes les personnes encore exposées aujourd’hui à l’inhalation de poussières d’amiante.

En effet, malgré l’interdiction de la vente et de la transformation de produits amiantés depuis 1997, de nombreux salariés ou simples citoyens sont encore démunis devant la présence de l’amiante, d’autres paient au prix fort le manque de protection et les erreurs du passé.

Notre action n’est pas de faire un énième constat, de véhiculer une crainte, ou encore d’exploiter une psychose, mais de jouer un rôle pour que la plus grande catastrophe sanitaire de notre pays ne se prolonge pas.

L’actualité nous rappelle au quotidien la présence du matériau que l’on ne présente plus (établissements publics, scolaires, hospitaliers, particuliers…), parfois avec une médiatisation plus affirmée (tour Montparnasse – métro et égouts parisiens – CHU de Caen) qui ne peut masquer la réalité : le problème est national et affecte tous les secteurs.

Dans ce contexte, la commission prévention de l’ANDEVA (Association Nationale de Défense Des Victimes de l’Amiante), au sein de laquelle nous sommes représentés, a été auditionnée par le comité amiante du Sénat. Devant l’étendue du problème, nous y avons ciblé trois axes qui nous paraissent prioritaires et réalisables dans un délai relativement court :

1) abaisser les seuils de gestion réglementaires dans les immeubles bâtis ;

2) créer une base de données répertoriant la présence d’amiante à partir des DTA, accessible via internet ;

3) organiser la collecte en toute sécurité de tous les déchets d’amiante des particuliers,

Ces deux derniers points concernent particulièrement les communes.

Nous avons eu un écho favorable de la Commission sénatoriale et pouvons espérer que des mesures seront prises.Toutefois, des avancées significatives passeront par une réelle prise en compte sur le terrain.

A ce sujet, les collectivités territoriales ont un rôle essentiel à jouer, en raison de leurs statuts d’employeurs et de leurs prérogatives d’aide à leurs administrés, dans la poursuite de l’éradication complètede ce matériau, responsable de milliers de morts.

Notre association est régulièrement alertée par la présence, ou la présomption de présence, d’amiante dans les lieux les plus divers. Pour les particuliers, après travaux ou démolition, le plus souvent réalisés sans le minimum de sécurité, les questions récurrentes sont « que dois-je faire de ma toiture en fibrociment » et « que dois-je faire de mes déchets » ?. Nous sommes bien souvent dans l’incapacité d’apporter une réponse correcte 

Persuadés que cette problématique de l’amiante, qui semble sans fin, doit dépasser les clivages politiques et nécessite une prise de conscience collective, nous avons décidé de reporter cette intervention après la campagne des élections municipales.

C’est la raison pour laquelle, espérant être un relais auprès de vos administrés dans la recherche de l’intérêt du plus grand nombre, nous vous saurions gré de bien vouloir renseigner (et nous retourner) l’imprimé joint.

Vous remerciant par avance de l’intérêt que vous voudrez bien réserver à ce courrier et dans l’attente de vous lire ou de vous rencontrer,

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, le Maire, l’expression de nos meilleurs sentiments

nous espérons être compris

 

Il faut agir !
Tag(s) : #présence de l'amiante

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :