Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Enfin une bonne nouvelle !, elle risque d' être noyée au centre de nos articles souvent  négatifs mais porteur d'attentes. Comme quoi tout est possible, tout dépend de la volonté politique;

Le projet de parc solaire sur le site de l’ancienne usine Everite à Descartes (Indre et Loire) est en bonne voie. Le commissaire-enquêteur a donné un avis favorable.Une seule personne a fait part de ses inquiétudes. Le registre de l'enquête publique est pratiquement vierge de toute observation. C'est dire si le parc solaire en gestation sur le site de l'ancienne usine Everite de produits amiantés de Descartes fait l'objet d'un large consensus  Le commissaire-enquêteur, Jean-Paul Godard, vient, à son tour, de rendre un avis favorable à la demande de permis de construire pour une centrale de 21.736 panneaux photovoltaïques.

Si le préfet donne son feu vert, elle s'étendra sur 8,3 hectares dans la zone industrielle Le Grignon, autour des bâtiments de la société genilloise d'entrepôt, qui a repris une partie des anciens locaux d'Everite. Le parc solaire « ne pourra que valoriser un site laissé en grande partie à l'abandon et pour une partie pollué par l'amiante », note le commissaire-enquêteur dans son rapport.

Réutilisation d'une friche industrielle

Réutilisation d'une friche industrielle

Utilement occupé "

Sauf décision contraire du préfet, la friche industrielle s'apprête donc à prendre un nouveau départ. « Ne pouvant servir qu'à ce type d'activité en raison de la pollution d'une grande partie du sous-sol due à la présence d'amiante générée par le démantèlement de l'usine Everite, le site choisi pour l'implantation du parc solaire sera utilement occupé et valorisé », poursuit Jean-Paul Godard.

La partie sud du site est considérée comme dépolluée, mais le secteur nord sert de zone de stockage des déchets amiantés, qui y ont été confinés dans des big-bags et recouverts de 50 cm de terre saine. A cet endroit, pas question de creuser : les panneaux seront donc lestés par des blocs de bétons posés directement sur le sol et les câbles électriques, non enfouis, courront par terre. Le commissaire-enquêteur qualifie d'ailleurs « suffisantes » les précautions prises « pour éviter toute pollution par l'amiante contenue dans le sol ».

Par les deux premiers articles de cette nouvelle rubrique "recyclage", nous abordons les différences criardes qui existent dans l'approche de ce qui n'est malheureusement pas l'après amiante, puisque nous le savons il nous faut encore parler au présent. Comme face à l'exposition certains peuvent trouver et prendre les solutions qui s'imposent, d'autres  malgré les milliers de victimes, continuent  au nom du profit de prendre le chemin du danger "pour les autres"

Tag(s) : #recyclage

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :